Les enjeux d’une transformation digitale globale

Temps de lecture : 4 minutes

Stratégie vs Transformation : un vrai virage culturel à opérer pour l’entreprise, loin des sujets technologiques, ou du questionnement sur le choix d’outils


La transformation digitale (je préfère le terme de transition digitale) peut revêtir plusieurs formes selon les entreprises. Pour ceux ou celles qui ont toujours eu l’habitude d’intégrer les évolutions du marché, c’est une suite naturelle aux précédentes étapes, et donc, pas une « transformation » en tant que telle… Parlez de « Transformation » aux générations Y, ils ne sauront pas ce que vous entendez par là.

Pour la majorité des acteurs économiques, la transformation digitale représente le processus d’évolution de l’entreprise dans sa globalité . Ce changement de posture, d’organisation permettra à l’entreprise de tirer partie de toutes les opportunités offertes par le digital pour aller chercher la création de valeur, et donc la croissance… et cela ne se fera pas sans un dispositif d’accompagnement au changement préparé et adapté !



Stratégie digitale vs Transformation digitale

Pour ma part, je distingue la « stratégie digitale » de la transformation digitale. En effet, la différence porte principalement sur la maturité digitale

En phase de transformation digitale, le sujet digital est envisagé dans sa globalité, comme un projet d’entreprise. On cherche à définir une vision cible, à identifier les mouvements internes à opérer pour être capable d’aller chercher cette création de valeur, tout en assurant une implication maximale des collaborateurs, acteurs du changement : nouvelle posture, intégration de l’agilité à tous les niveaux, « test and learn », agilité. Il s’agit d’une prise de conscience sur les enjeux digitaux, bien au-delà des enjeux uniquement marketing et technologiques.

Je distingue ces deux états pour la simple et bonne raison que les besoins et dispositifs d’accompagnement ne sont pas du tout les mêmes, selon les prises de conscience opérées à chaque étape de maturité.



Des enjeux business, sociétaux et sociaux plus que technologiques

La transformation digitale est souvent vue sous un prisme « technique/ technologique » ou marketing, ce qui est extrêmement réducteur.


Il s’agit surtout de se mettre « en ordre de marche » pour intégrer les caractéristiques du digital, pour être à terme, capable d’aller chercher cette innovation : cela signifie casser les silos, se réorganiser pour travailler en transversal et en collaboratif, répandre la culture de la data véritable driver pour opérer les choix et arbitrer les décisions business, gagner en agilité et être capable de se distinguer des concurrents. Une posture à la façon Google/ Uber à adopter dont le fameux « test and learn » ou droit à l’erreur (pour faire mieux sur les essais suivants).

NB : l’innovation n’est pas forcément digitale mais s’appuie sur les caractéristiques du digital (comme la data ou la dématérialisation des process) pour aller chercher cette création de valeur.

Exemple de création de valeur : Schneider Electric qui a utilisé l’IA et les algorithmes pour mettre place un système de maintenance prédictive dans une de leur usine. Objectif : anticiper les pannes et changer les pièces au moment le moins critique pour la production. Gain de productivité assuré !

Dans bien des cas, l’innovation réside dans la dimension de « nouveauté » pour le secteur ou l’industrie concernée.

Je me souviens d’une mission récente pour un de mes clients industriels. Les clients interrogés réclamaient une innovation de taille : avoir un contact unique du commercial, à l’étude, jusqu’à l’implémentation de la solution technique. Nous avons dématérialisé la relation client là où c’était nécessaire, mais l’innovation en elle-même était relativement simple. 100% satisfaction côté client !



Pourquoi dit-on que l’humain est au cœur de l’innovation ?

Qui va conduire la « transformation » opérationnelle de l’entreprise ? Vos collaborateurs, vos équipes : ce sont les forces vives de votre transition digitale. Il s’agira donc donc leur expliquer le changement, l’enjeu de maîtriser le digital et ses caractéristiques.

Selon l’étude Econocom réalisée en 2017 (schéma ci-dessous), la résistance au changement est le 2ème facteur d’échec des plans de transformation, pour plus d’un tiers des entreprises (juste après le manque de financement).

L’accompagnement au changement et l’innovation managériale ne sont donc pas une option !



Facteurs clès de succès d’une transition réussie:

  • Vision cible à définir
  • Un codir et des top managers convaincus, engagés
  • Des équipes formées, impliquées et fédérées autour du projet
  • Une fonction RH au cœur du plan de transformation
  • Un état d’esprit/ une culture à adopter
  • Une vision Client centric: le client au centre de la chaîne de valeur
  • Une Organisation agile
  • Une Infrastructure SI agile, performante, en phase avec le projet de transformation


« Celles qui survivent ne sont ni les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes… Mais celles qui sauront s‘adapter le mieux aux changements»

Charles Darwin